Terminologie & Journal

La terminologie utilisée en sophrologie

Entraîner son esprit à passer à un état de relaxation très profond

Le tableau ci-dessous dresse la liste des termes employés dans la littérature et le cadre d'une formation professionnelle. Ils décrivent les actes de pratique mais aussi, les phénomènes naturels qu’expérimente un consultant durant une séance de sophrologie. 

Terminologie

Description

L’alliance sophronique

Relation développée entre le sophrologue et son consultant.

Phase d’apprentissage

Pratique d’une séance complète de sophrologie expérimentée par le consultant (qui devient, le temps d'une séance, le sophronisé) avec les étapes et tous les phénomènes vécus par sa conscience.

Niveau sophroliminal

Niveau de conscience (alpha) qui se situe entre le niveau de veille et de sommeil.

 Lorsque ce phénomène de conscience se produit, on passe alors d’un niveau d’agitation mentale à un degré de calme mental.

État de sophronisation

Lorsque la conscience atteint le plus haut niveau, soit l’hyperéveil (ou hypervigilance), associé à un état de relaxation très profonde.

Terpnos logos

Discours verbal du sophrologue, utilisant un ton de voix calme et monotone pour favoriser l’induction du niveau sophroliminal.

 Il formule des propositions visant à orienter la conscience vers une non-distraction (ou pleine concentration).

 La concentration étant stimulée, tout est formulé pour faire en sorte d’amener la conscience à demeurer dans le moment présent de l’expérience.

Vécu intrasophronique

C’est la prise de conscience d’une proposition (ou de plusieurs) verbalisée par le sophrologue, constituant le thème général de la séance de sophrologie ou encore, le thème de l’exercice proposé. 

 Le consultant, grâce à l’une des trois attitudes mentales (concentration, contemplation ou méditation), doit s’exercer à percevoir et à vivre un phénomène selon sa propre manière d’être.

 La succession de ces renseignements devient une précieuse source d’enseignement et l’informe sur son devenir.

Phase de récupération

Prise de conscience de tous les phénomènes vécus par la conscience (vécu intrasophronique) après chaque exercice exécuté.

 Permet de goûter au bien-être ressenti après l’effort mais aussi, de prendre conscience de toutes les sensations libérées par le corps afin qu’aucune ne se perde et ne s’oublie.

Phase de mémorisation

C’est l’étape où toute manifestation de bien-être ressenti est enregistrée profondément en soi. 

 L'entraînement quotidien permet de mettre en lumière les modifications positives qui se sont manifestées à travers la conscience.

Phase de désophronisation

Retour de la conscience à l’état normal (ou état de veille). 

 Tout en préservant sa capacité de concentration, la personne retrouve toute son activité cognitive et son tonus musculaire de départ. 

 Cette phase est très importante et ne peut jamais être écourtée, ni précipitée.

Phase de phénodescription des vivances

Le point culminant de la rencontre est l'intégration du vécu; moment révélateur de sens.

 Il sert à rédiger (ou à illustrer) le vécu des phénomènes expérimentés par la conscience, durant la séance (selon un terme espagnol cette description est nommée vivance).

Dans un journal de bord, il s'agit de mettre par écrit (alors que le vécu est encore disponible et frais à la mémoire) ce qui est là, sans jugement, selon votre sensibilité et ouverture (expansion) de conscience du moment. 

 

 

Dialogue post-sophronique avec description des vivances

Moment d’échange entre le consultant et le sophrologue.

 Le consultant fait une brève description de ses vivances (ressentis physiques, images perçues... observés et retenus en mémoire durant la séance de sophrologie).

 Le sophrologue conclut la rencontre par des suggestions d'exercices à mettre en application durant ses pratiques quotidiennes, jusqu’au prochain rendez-vous.

Le journal de bord - outil privilégié pour la phénodescription

L’étape de la phénodescription est déterminante dans le processus du consultant. Cette étape, jumelée à des exercices quotidiens exécutés sur une base régulière, revêt une grande importance.  Elle sert à noter les divers changements remarqués sur l’état physique, émotionnel ou mental « d’avant » et « d’après » l'entraînement.  

La tenue du journal devient un rituel menant à la rencontre de soi. Il vise à apporter un éclairage sur votre objectif de consultation de départ. La seule règle à suivre: ne pas chercher à « faire bien » ou « faire beau » au niveau de la forme. Donc, vous devez vous donner la pleine liberté d’expression de votre créativité pour avoir du plaisir à le tenir!

le journal de bord sophrologie   le journal de bord sophrologie
     

Mes suggestions

Si vous préférez l'écriture, débutez par des mots-clés associés aux sensations physiques ressenties: "Plus calme", "légèreté dans les bras", "relâchement des épaules", "mal de tête parti!"... Pour décrire votre état émotionnel débutez par "Il était une fois...", "En ce moment je suis"... ou "Je me sens...". Pour représenter votre état "d'avant" et "d'après" l'entraînement. Des stylos ou crayons de couleur peuvent ajouter une belle variante à ce moyen d'expression créative.

À titre d’exemple, le rouge peut symboliser un poing localisé dans le bas de votre dos au début de l'entraînement; le vert décrire l’apaisement émotionnel ressenti, le bleu pour préciser votre intuition sur l’origine d'apparition du poing..., suivi du rose pour mieux démarquer votre lâcher-prise mental, ou mieux, la disparition complète de la douleur à la fin de votre entraînement ou avant!

Si l'écriture demeure lente à démarrer, vous pouvez ouvrir un livre au hasard et lire le titre, la phrase ou le paragraphe qui vous attire. Vous pouvez également piger une carte extraite d’un jeu de tarot et observer comment l’image (langage symbolique) et la signification font écho à votre vécu actuel.

En réalité, plus vous progresserez dans la pratique, plus votre conscience voudra attirer votre attention vers une direction porteuse de sens ou de solutions. La conscience cherche toujours à vous brancher directement à votre vécu. Elle veut contribuer à votre bien-être en tout temps! Ce phénomène s’appelle la synchronicité
  


Dans la psychologie analytique développée par le psychiatre suisse Carl Gustav Jung, la synchronicité est l’occurrence simultanée d’au moins deux événements qui ne présentent pas de lien de causalité, mais dont l’association prend un sens pour la personne qui les perçoit.

Pour Jung, la synchronicité est une réalité présente pour ceux qui ont des yeux pour voir.

 

JOURNAL DE BORD

Si vous êtes de nature créative et souhaitez illustrer votre vécu, vous avez carte blanche. Tout est permis. Qu'il s'agisse de dessins, croquis, formes géométriques, lignes courbes ou droites… tout cela servira à décrire les sensations agréables, pensées, émotions, flashs et impressions… Des images, symboles, archétypes, animaux totems, entre autres, peuvent se révéler à votre esprit pour vous donner une compréhension claire de votre expérience. Celle-ci vous reliera à votre vraie nature ou besoin criant d'équilibre.

La consigne à suivre ici? Ne pas rationaliser ni se juger! L’idée de faire du découpage dans une revue vous tente? Vous voulez coller tout ça et créer une histoire spontanée qui décrirait mieux une prise de conscience importante suivant votre vécu d’entraînement en sophrologie? Pourquoi pas!

Très souvent, vous observerez que des souvenirs récents ou passés émergent de façon imprévue, durant l'entraînement. Ces souvenirs peuvent contenir des sons, une odeur apaisante, des scènes remémorées d’un voyage, un rêve récurrent fait la veille ou le lendemain de votre consultation, le souvenir d’une chanson entendue en bas âge, une dernière conversation tenue avec un proche peu de temps avant son décès… Il s'agit d'accueillir ceux-ci en toute plénitude, pour rendre l'expérience encore plus enrichissante et significative.

 

tableau de bord sophrologie

 


« On peut comparer l’aspect de la psyché à une île sortant de la mer.

Nous voyons seulement la partie au-dessus de l’eau,
mais un royaume beaucoup plus vaste, inconnu, comparable à l’inconscient, s’étend au-dessus.
 »    

Extrait du livre de Frieda Fordham: Introduction à la psychologie de Jung